La blockchain Bitcoin : kesako et comment ça fonctionne ?

La blockchain Bitcoin : kesako et comment ça fonctionne ?
3.8 (76%) 5 votes

Blockchain bitcoin – Une chaine de blocs (ou blockchain) est l’équivalent d’un grand livre public. Elle recense les transactions Bitcoin ayant été exécutées depuis sa création. Celui-ci ne cesse de s’étoffer puisque de nouveaux blocs « validés » viennent sans arrêt s’y ajouter.

Qu’est-ce que la blockchain bitcoin ?

Vous vous demandez ce que peut être cette fameuse “blockchain bitcoin” dont vous avez entendu parler sur internet ou à la TV.  Voici comment cela fonctionne. Les blocs de la chaine sont ajoutés à la blockchain de façon linéaire et chronologique. Chaque noeud (ordinateur connecté au réseau Bictoin utilisant un client ayant pour tâche de valider et relayer les transactions) reçoit une copie de la blockchain. Tout ou partie de celle-ci est automatiquement téléchargée lorsque vous rejoignez le réseau Bitcoin. La blockchain détient la totalité des informations relatives aux adresses et à leurs soldes, depuis la toute première transaction jusqu’à la plus récente.

La Blockchain Bitcoin :  La blockchain détient la totalité des informations relatives aux adresses et à leurs soldes, depuis la toute première transaction jusqu'à la plus récente.

Briser la chaine de blocs

Dans la mesure où elle garde trace de toutes les transactions effectuées sur le réseau, la blockchain est considérée comme immuable. Un bloc est la partie « courante » de la blockchain qui enregistre partie ou toutes les transactions récentes et qui, une fois complet, rejoint la base de données définitive de la blockchain. Un nouveau bloc est généré à chaque fois qu’un autre est « complété ». Il y a donc une quantité infinie de blocs dans la blockchain. Ces blocs sont-ils placés aléatoirement dans le blockchain ? Non ! Tous sont reliés entre eux (comme une chaine donc) dans un ordre linéaire et chronologique, chaque bloc contenant un fragment du bloc précédent.

Si nous devions la comparer au système bancaire traditionnel, la chaine de blocs serait l’historique complet des transactions effectuées. Les transactions Bitcoin sont enregistrées chronologiquement dans la blockchain comme les transactions bancaires le sont. Les blocs seraient quant à eux l’équivalent des relevés bancaires individuels. Conformément au protocole Bitcoin, la base de données de la chaine de blocs est partagée entre tous les noeuds parties prenantes du système, ce qui en fait un système totalement décentralisé et indépendant de toute autorité. La version complète de la blockchain contient une trace de toutes les transactions Bitcoin jamais enregistrées. Elle est donc capable de fournir des informations telles que le solde exact d’une adresse donnée à une date précise.

Mais la taille sans arrêt croissante de la chaîne de blocs, par les difficultés de stockage et de synchronisation qu’elle entraine, est considérée par certains comme un frein. Les développeurs travaillent cependant d’arrache pied pour améliorer le systeme et palier aux problèmes techniques, véritables défis qui ne manquent pas de se présenter à eux avec une utilisation croissante de Bitcoin.

Publier un commentaire